La Marche

Je ne sais pas à quel âge j’ai marché pour la première fois de ma Vie. Vous demanderez cela à ma maman 😃

Depuis que j’ai appris à marcher, j’ai eu la chance de partir tous les étés pour marcher sur les sentiers de Montagne. La chaleur, les sommets au loin, les cailloux sous les chaussures, les fleurs, la poussière, la fatigue, les « maman j’ai soif, papa j’ai mal aux genoux! » font partie des premiers souvenirs de marche en Montagne. ⛰

La marche s’est ensuite intensifiée, à l’adolescence, par les premiers « 3000 » où l’altitude commence à faire ressentir des choses jusqu’alors inconnues : le manque d’ air, le souffle court, une fatigue accrue, l’impression de tutoyer les nuages, mais de vouvoyer la Montagne car je la respecte beaucoup trop.

Puis des courses d’ alpinisme, notamment un « 4000 » avec le Grand Paradis (« Gran Paradisio » en version originale) qui porte bien son nom puisqu’il offre un panorama exceptionnel mais laisse aussi penser que l’enfer est tout proche…. Les crevasses où l’on peut crever si l’on rêvasse, les glaciers sur lesquels on se cramponne à sa Vie, la corde qui nous relie à notre histoire ou à une personne chère, les ponts à traverser comme des étapes à franchir vers le Paradis, la Neige blanche de notre enfance qui peut se transformer en avalanche, l’altitude qui peut nous faire perdre la tête…

L’ émerveillement au sommet efface tous les efforts de la montée. La marche est le meilleur moyen pour connaître le degré de courage dont on dispose. Les jambes portent tous nos espoirs de réussir une ascension, mais le courage les guide.

Le courage guide nos jambes, mais il laisse parfois place à une certaine inconscience face au danger propre à notre humanité. Alors se développe un courage décuplé, qui fait taire nos peurs, écrase nos doutes, tarit nos larmes d’appréhension et dévoile alors notre personnalité, prête à tout pour dominer la Montagne, pour arpenter ses flancs, pour abîmer sa peau si vieille avec notre matériel perfectionné, qui peut malheureusement parfois s’avérer futile tant la Montagne peut s’avérer cruelle. La course vers les sommets les plus hauts du Monde pour le prestige, la compétition entre les alpinistes avec la Montagne pour arbitre, le coup de sifflet final qui peut détruire notre amour pour la Montagne.

C’est de l’humilité qu’il faut lorsque l’on entreprend ce genre de courses d’alpinisme, ou même de la randonnée. Renoncer n’est pas signe de faiblesse, il n’y a aucun vainqueur en Montagne, la seule réussite est de rentrer vivant et de pouvoir raconter et rapporter à ses proches toutes les belles choses que l’on a pu observer. Respecter la nature, c’est se respecter soi-même, pour que l’émerveillement subsiste toujours.

La marche s’est imposée à moi comme elle était naturelle chez nos ancêtres. Ils marchaient des distances quotidiennes incroyables pour aller chercher de la nourriture. A notre époque, la marche est devenue un sport, ou un moyen d’être en bonne Santé comme on peut utiliser un doliprane quand on a mal à la tête. La marche devrait être automatique !

Les transports en commun ont fait passer la marche au second plan, alors pour retrouver une partie ancestrale, j’essaie de marcher en toute occasion, que ce soit pour me rendre au travail (la grève des transports en 2019, et la Pandémie de COVID-19 ont intensifié cette envie), pour me rendre à la gare, pour profiter du beau temps… 🌞

Quel meilleur moyen que d’être à pieds pour visiter une ville, un village, découvrir ses richesses et ses trésors cachés, ses rues, ses quartiers, de rencontrer ses habitants, de sentir tout simplement son âme.

Je vais vous expliquer la démarche de la marche du Bouquetin : ne faites pas attention à la marche, elle est des fois trop haute, mais elle est utile pour nous apprendre à nous surpasser. Une marche après l’autre, à son propre rythme, au rythme de son coeur, il n’y a que cela qui marche ! 😉

Rouler, voler, voguer sont des noms de voyage et de quotidien. Marcher est le nom que je me suis choisi pour découvrir les merveilles de cette planète bleue.🌍

%d blogueurs aiment cette page :